•• NEVER ENDING •• V.1
Bienvenue sur Never Ending!

Amuse-toi bien parmi nous ;p

Avant de poursuivre votre visite sur le forum, sachez que Never est avant tout un forum RpG. Si vous souhaitez vous inscrire, parmi nous, il vous faudra savoir faire 10 lignes de RP complètes.

N'oubliez pas de consulter les règles ainsi que le contexte, pour une meilleure vision des choses sur le forum =)



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aliera Ainsel Bizard ~ I'm a rock'n roll star

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin Messages : 24
Date d'inscription : 24/02/2018


MessageSujet: Aliera Ainsel Bizard ~ I'm a rock'n roll star   Sam 24 Fév - 23:56

Ainsel Aliera Selwyn-Bizard
17ans - 7éme année
Avatar - Crédits
Laissez moi me présenter, je suis né(e) sous le nom de
Aliera Bizard
, mais généralement, on me surnomme
Ali, beauté, sexy, bombasse, sexrock'girl
, le
1er mai 1960
, j'ai donc
16ans, bientôt 17ans
. Je suis originaire du
manoir de ma famille, près de Près-Au-Lard, mais on me pense souvent de Londres
et je suis donc
Anglaise, mais aussi Italienne de naissance
, logique. Côté amour, je suis
bisexuelle
et
polygamme,
je suis casanova... version féminine!
, pourquoi? Je t'intéresse?

Mon sang est
Pur depuis bien avant l'antiquité
, et l'on connait ma famille pour
mon groupe de rock qui accumule les récompenses et les concerts. Ma famille de naissance est connue pour être violente, avoir torturé des moldus et sorciers, puis testés leurs poisons sur eux. Maintenant on parle de celle-ci dans les contes pour enfants, le soir histoire de les effrayer... L'entreprise familliale existe toujours et vends maintenant des poisons, filtres médicaux et antidotes sans que l'on sache que j'y suis reliée.
.
En tous cas, ce n'est pas le genre de choses qui influe sur le choixpeau. Ca n'a beau être d'un bout de tissu rapiécé, je suis certain(e) qu'il sait que ma place se trouve à
Serpentard / Serdaigle
. Ma baguette magique est
Faite de bois de roses, de poils de fléreur et mesure 25cm. Elle est assez souple, ce qui lui donne une capacité incontestable en sortilège et en métamorphose
, nous avons un lien indéfinissable!

En dehors de cela, je suis
métamorphe, un pouvoir que je tiens de ma naissance, je suis venue au monde grâce à un ancien et puissant sortilège sortit de l'un des manuscrits de magie noire les plus anciens de notre monde. En dehors de cela, je possède une longue cicatrice, fine, qui longe ma colonne vertébrale, de la nuque au bassin.
, et je dois avouer que l'on me dit souvent que je ressemble à
Sacarlette Johanson
.
A little more about you.

Hum hum... Encore une petite tête blonde sous les pans de mes tissus! Parles moi un peu de toi et de ton caractère. Es-tu courageux comme un Gryffondor? Ambitieux comme un Serpentard? Erudit comme un Serdaigle où sociable comme un Poussoufle?


◆ Ambitieuse ◆ travailleuse ◆ douce ◆ protectrice ◆ passionnée ◆ sociale ◆ indépendante ◆ débauchée ◆ nombriliste ◆ violente ◆ emportée ◆ narcissique ◆ impossible ◆ peste ◆ monstre manipulatrice ◆ antipathique ◆ froide ◆ sadique ◆ jalouse ◆ possessive ◆ rockstar ◆ obstinée ◆ butée ◆ lunatique ◆ on m'aime et me déteste à la fois  ◆ adulée ◆ vit pour la musique


Ambitieuse Aliera est une personne qui souhaite absolument réussir dan tout ce qu’elle entreprend. Disons que pour elle, il n’y a aucune limite entre le bien et le mal, elle ne peut expliquer pourquoi, mais, la demoiselle reste persuader qu’il est impossible de lui donner une limite dans sa pensée.

Indépendante, débauchée, nombriliste, violente, emportée, narcissique, impossible, peste, monstre manipulatrice, antipathique, froide, sadique, amicale, joyeuse, joueuse, sensuelle, charmeuse, sociable, show girls, beauté suréaliste, alcoolique, génie de la musique ... sont des mots que l'on utilise souvent pour la décrire.

Aliera est la chef des Bizard, elle a le caractère le plus fort du groupe et est par définition la leadeuse de celui-ci. Elle a la musique dans le sang et le commerce de l'image du groupe bien encrée dans son esprit.

Aliera restera toujours une demoiselle au sang froid. Elle assume ses actes et dires sans broncher. Etant un véritable monstre, la petite miss adore faire tourner son monde en bourrique!

Quand au coté manipulateur, il faut savoir qu’il s’associe souvent avec son obsession de réussite. En effet, la demoiselle possède un véritable don pour se servir des gens, elle arrive toujours à ses fins. Personne jusqu’à présent n’a osé lui dire non dans la vie. Pourquoi? Tout simplement parce qu’elle use de son charme et des dons que la nature lui a octroyé pour y parvenir!

Il se fera rare pour toutes personnes en vie de son entourage de la voit s'emporter. Pourquoi me demanderez-vous? Hey bien, tout simplement parce qu’elle a tendance à tout prendre à la légère, elle se fiche totalement de ses études! Tout ce qui lui importe est le succès de son groupe et l'importance de son image d'une fille libérée, débauchée, droguée, alcoolique et surtout, véritable rockeuse!
Vous aurez de la chance qu’elle vous adresse la parole en premier et qu’elle fasse attention à vous. Ou alors, vous avez quelque chose dont elle aura probablement besoin!

En couple (si cela est possible)? Aliera est jalouse, protectrice et auto destructrice. Ce serait les trois mots qui pourraient qualifier l’amour selon cette adolescente en mal de tendresse. Bien que pour elle, une relation amoureuse n’a rien avoir avec l’acte sexuelle, elle a besoin de coucher avec des hommes qui l’aimerait pour ce qu’elle semble être où tout simplement pour son corps.
Pour Al’ il n’y a quasiment aucune différence entre une poussée d’hormones et l’amour, pur et simple. La demoiselle pourrait prendre du plaisir à pousser à bout le plus dangereux des hommes... Elle serait comme une veuve noire, prenant les hommes pour les faire souffrir puis pour les tuer tout simplement…



En fait, je viens de me rendre compte que je m'en fiche complètement. Parlons d'un truc bien plus passionnant! Mais non... je ne vais pas te parler de tes amours, mais de ton Amortentia! Moi, c'est celle du parchemin neuf déroulé chaque année, de la poussière de mon étagère dans le bureau du directeur, et du parfum de McGonagall! Quoi? Tu te moques? Tu crois vraiment que le tien est meilleur que le mien?

Mon amortentia est un mélange entre une odeur prononcé de vodka, d’odeur de bois brulant dans une cheminée un soir froid d’hiver, de cannelle dans un bon café et de marée montante.  


Vraiment? C'est donc ça ton Amortentia? Il n'y avait vraiment pas de quoi se moquer!Maintenant, dis moi, quel est ton épouvantard, petit sorcier ? N'essaie même pas de me faire croire que tu n'as peur de rien où me mentir! Je suis sur ta tête et saurait la vérité!

La solitude. Mon épouventard à la forme de ma famille me tournant le dos et m’abandonnant. J’ai peur de les perdre et de perdre leurs amours. Ils sont tous ce qu’il me reste, sans eux je ne pourrais plus avancer. J’ai vécu une enfance si traumatisante, que je suis en manque d’amour en permanence.  Sans mes proches, je perdrai le faible équilibre que j’us du mal à obtenir.

Nous avons bientôt finit! Tu vas pouvoir te régaler en gouttant le pudding des elfes de Poudlard! Maintenant, dis moi...  Je sais que le Patronus est un sortilège particulièrement coriace qui demande de l'entrainement, mais je suis certain que tu as une petite idée de la forme qu'il prend ?

Mon patronus a la forme d’un Lycaon, un chien sauvage d’Afrique vivant uniquement en meute, il ressemble un peu à un hyène, mais avec de grandes oreilles ! Mon lycaon possède des taches originales de couleurs brun, noir, jaune et blanc
Cette forme me correspond à merveille : je ne peux pas vivre sans les miens, je suis très sociable et j’ai tendance à vouloir gérer notre groupe de musique seule, tel un alpha.


Et sinon, t'es plus café où chocolat?
POUR COCHER UNE CASE, IL SUFFIT DE REMPLACER "unchecked" PAR "checked"





Eté
Bièraubeurre
Un strangulos
Un jeu de carte explosif
Chocogrenouilles
Les Trois Balais
Noël
Poudre de Cheminette
Sorcière Hebdo
Un bon gros Pudding


Hiver
Whisky Pur Feu
Une licorne
Quidditch
Dragées Surprises de Bertie Crochue
Chez Madame Pieddodu
Snt Valentin
Transplanage
Le Chicaneur
Cupcake

Toi, derrière l'écran!
Alors oui, nous sommes ultra curieux à l'admin! Soit sympa, présente toi un petit peu que l'on puisse assouvir notre soif de connaissance!

Moi c'est
Margeary
, je suis
une blonde délurée et tatouée de partout
, et j'ai
un certain âge
. J'ai connu ce forum absolument merveilleux grâce à
Severus T.
Rogue
, et d'ailleurs je pense qu'il est
[TOUT PARTICULIEREMENT FORMIDABLE]
. Tu devras me supporter au moins
2fois par semaine.
On arrête de jouer les curieux; allez, file, ou sinon les Nargols vont te pincer!

________________________________________________
Love is like a bomb, baby, c'mon get it on!



Dernière édition par Aliera A. Bizard le Jeu 1 Mar - 23:01, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Messages : 24
Date d'inscription : 24/02/2018


MessageSujet: Re: Aliera Ainsel Bizard ~ I'm a rock'n roll star   Sam 24 Fév - 23:57

Uk Horror story.

« Raconte l’histoire des Selwyn Nathanaël ! C’est ma favorite ! » Couina une fillette de première année, assise sur la peau de bête devant le feu de cheminée de la salle commune des Serpentard. Le jeune homme devant elle, qui devait être en 3éme année, regarda celle-ci au dessus de ses lunettes, un grand sourire afficher sur son visage. Autour d’eux, se resserra quelques étudiants de la maison des vert et argents pour écouter cette histoire qui leur faisait dresser les poils. La peur, c’était toujours comme ca le soir d’Halloween dans la salle commune des Serpentard.
Ce fut dans cette ambiance feutrée, avec la lumière de leurs baguettes, que le dénommé Nathanaël débuta son histoire : «
Tout débuta au Vème siècle de notre ère alors que le monde magique était coincé entre les prémices d’une guerre entre notre royaume et celui qui de nos jours, était celui de nos voisins les Français. Notre histoire se déroule dans notre région, aux orées de la foret interdite et à quelques miles de Près-Au-Lard, lorsqu’un beau matin, de jeunes sorciers découvrir plusieurs corps froids, figé dans d’horribles souffrances, parfois pliés en deux.
Ni une ni deux, on envoya des aurors sur les lieux, examiner ces morts étranges et enquêter sur cette étrange affaire. Mais le lendemain de la première découverte des premiers corps, apparut de nouvelles victimes, cette fois, proche de Près-Au-Lard. Des moldus des villages voisins disparaissaient en grand nombre, provoquant la panique chez ceux-ci qui ne savaient que penser et pointait du doigt, l’étrange château à la grille en métal ornée de montres, qui se trouvait dans cette foret qu’ils évitaient comme la peste.
Le château des Selwyn était alors connu pour être une forteresse imprenable et difficile d’accès, mais aussi l’un des domaines les plus beaux d’Angleterre… A l’époque, y vivait une famille nombreuse, dont la réputation était connue de toute : les Selwyn détenait l’une des premières fabriques de poisons, filtres et remèdes magiques, bien qu’il n’ait jamais fait la une des journaux et qu’ils vivaient une vie bien tranquille, l’on ne pouvait nier l’étrangeté de l’endroit… et l’hospitalité glaciale des habitants du château.
Méfiant face aux étrangers, il fut difficile pour les aurors de pénétrer dans les lieux pour y faire une inspection. Et tandis qu’ils tentèrent à plusieurs reprises d’y accéder, les disparitions se multipliaient, fauchant à présent les sorciers et parfois leurs enfants à Près-Au-Lard. Il arriva dans les années qui suivirent que des étudiants de Poudlard disparaissent lors de sorties dans le village des sorciers… Tous furent retrouvés pliés, figés dans une mort douloureuse, insupportable à voir.
Les disparitions continuèrent pendant plusieurs années sans que les Aurors n’accèdent au château des Selwyn, soupçonnant cette famille de sorciers de tester leurs poisons sur les victimes que l’on retrouvait aux alentours de Poudlard, de la foret et du village des sorciers.
Le ministère de la magie, perdu par ses multiples disparitions et ces corps retrouvés, fini par ne plus savoir que faire lorsqu’on retrouva dans le lac, les corps des deux Aurors chargés de l’affaire : contrairement aux autres, ils portaient des traces de tortures physiques, toutes plus affreuses les unes que les autres. L’on avait versé du poison dans leurs plaies puis refermée celle-ci pour les rouvrir plus tard. Ils étaient morts dans d’atroces souffrances et nul ne pouvait donner de cause exacte à celle-ci.
» Les enfants autour de Nathanaël se mirent à trembler, imaginant les Aurors torturés ainsi que leurs corps froid. Il se baissa vers eux pour continuer le récit d’une voix plus feutrée et basse.
«  Il fut alors décidé par le ministère qu’ils imposeraient une inspection chez les Selwyn, bravant l’une des plus anciennes famille de sang-pur de notre histoire.
Un soir, ils transplantèrent tous dans le jardin du château, réveillant les monstres qui gardent celui-ci. Ils furent attaqués par un grand nombre de bêtes féroces, tuant les Aurors à grand coup de crocs, arrachant leur tête et déchiquetant ceux-ci.
La poignée d’hommes qu’il resta au ministère de la magie à la suite de ce massacre sanglant, entra enfin dans le château sur éclairé. Ils eurent la surprise de le trouver vide. Ils se mirent alors à fouiller le château, espérant trouver des indices pour leur enquête, ils firent le tour du rez-de-chaussée, puis, du premier étage sans rien trouver pour autant. Lorsqu’ils tentèrent d’accéder au troisième par l’unique escalier qui y menait, l’équipe d’Auror dut se rendre à l’évidence que jamais, ils n’arriveraient à traverser le mur de magie noire qui avait été construit. Ils tentèrent plusieurs sorts et incantations en vain, l’un d’entre eux s’en approcha de trop près et fut tué par celui-ci qui l’aspira. On entendit son hurlement de douleur durant plusieurs minutes, sans que l’on ne puisse venir à son aide… et puis, son corps fût recraché par le mur, ne laissant de lui que des os, tandis qu’un rire féminin et cruel se fit entendre.
Pendant ce temps, une seconde équipe d’Auror explorait les sous-sols du château, s’engouffrant dans les sous terrains de celui-ci. Ils ne savaient ce qu’il se passait quatre étages plus haut, mais eux aussi cherchaient les membres de cette famille de détraqués.
Ils durent errer pendant plusieurs heures dans les dédales sombres du château, ne trouvant âme qui vive… Ils allaient renoncer lorsqu’ils entendirent un chant, plusieurs personnes semblaient réciter un texte en latin, d’une même voix.
Les paroles venaient de si loin, qu’ils n’entendirent que des murmures lorsqu’ils partirent à la recherche des habitants. Ce qu’ils trouvèrent, ne fut jamais vu de mémoire d’hommes.
Les enfants de la famille, placés les uns à cotés des autres, longeait un lac souterrain, à leur pied se trouvait les corps de leurs parents, ils étaient plongés dans une transe qui terrifièrent les Aurors qui observaient le spectacle funeste qui se trouvait sous leurs yeux.
Lorsqu’ils se décidèrent enfin à se rapprocher des enfants, ceux-ci se retournèrent vers eux, continuant leur chant, tandis qu’un jeune homme se détacha du groupe pour marcher sur l’eau, et rejoindre l’ilot central du lac, il tenait dans une main une tête tranchée d’un vieil homme, et de l’autre une épée. Terrifié à la vue de ses enfants sous emprises de la magie noire, les sorciers n’osèrent bouger tandis que l’enfant détaché du groupe, planta au bout de son épée la tête de son ancêtre, la remontant jusqu’au pommeau. L’épée rejoignit la terre de l’ilot, et de l’une de ses poches, le jeune sorcier sortit une baguette magique qu’il coinça dans la fente de la tête décapitée.
L’on dit qu’un champ de force s’échappa de l’ilot, emmenant avec lui le jeune homme qui devint un fantôme. Quand aux autres enfants, il sembla qu’ils n’eurent aucuns souvenirs de cette soirée.
Aujourd’hui, cet endroit donnerait la chair de poule aux sorciers les plus courageux pour s’y rendre. Bien que nul n’ait réussit à dépasser la grille noire, tachées de sang.
»
Le Serpentard venait de finir son histoire, observant les regards terrifiés des enfants qui l’entouraient. Mais téméraire, la première année demanda d’une voix fluette et étranglée au plus âgé : « Est-ce qu’ils vivent toujours dans la foret interdite ? »
Se relevant, Nathanaël tira sur lui une couverture pour se donner un air mystérieux et surement, faire encore plus peurs aux enfants qui l’entourait. Il reprit d’une voix grave : « Il y a 10 ans de cela, Ainsel Selwyn et ses parents eurent un grave accident. L’on retrouva les derniers Selwyns mort sur le bord d’une route dans le Nord de l’Angleterre, quand à leur enfant, l’on dit qu’elle marcha seule dans la neige sous l’emprise de la magie noire, baignant dans son propre sang jusqu’à ce qu’elle atteigne son lit… Et qu’elle y git depuis, dans l’attente de retrouver sa famille, et de reprendre les reines de la familles pour tuer de nouveau d’innocents moldus et sorciers ! ATTENTION !!! BOUUUHHHHHHH !! » Les enfants se levèrent en criant alors que le vert et argent se jetait sur eux.
Assise dans l’un des fauteuils, mes pieds sur Dimitri et appuyée contre mon frère Stracee, je lisais Sorcière Hebdo d’un air absent tandis que ceux qui m’entouraient souriait des idioties de nos compagnons de maisons : « Quand est-ce que l’on sort se défoncer ? C’est d’un mortel ici ! »

Mamma mia, here I go again

Je n’avais pas mal, je n’avais pas froid. Je les observais s’éteindre, m’observer avec de grands yeux.  Ceux de mère avaient perdu leurs étincelles, ils étaient alors vide de toutes expressions et fixaient le ciel, froid. Je pouvais y voir le reflet des nuages dans ses pupilles bleutées et blanches. Elle ne bougeait plus, elle était allongée sur le dos, un bras en moins, coupé net et se trouvant plus loin, son sang avait dessiné dans la neige deux ailes, comme si elle affirmait qu’elle ne finirait pas comme la famille de son époux.
Père, quand à lui, continuait de remuer, légèrement dans de derniers spasmes. Lorsque je l’entendis gémir, je reposai les yeux sur lui, j’avais mis sa tête sur mes genoux et je l’observais, tenir entre deux de ses doigts mes longs cheveux devenus noir. J’étais le portrait craché de ma mère, blonde, de longs cheveux fins et vaporeux, un nez fin, des lèvres bien dessinées qui seraient surement pulpeuse et de grands yeux d’un bleu azur. J’avais 5 ans, j’étais métamorphe et je ne venais pas de n’importe quelle famille. J’étais un parfait mélange entre l’Angleterre, froide et brumeuse, et l’Italie, chaude et enchanteresse. J’étais depuis toujours bercée entre la culture de ma mère et celle de mon père. On ne naissait pas sang-pur tous les jours, encore moins dans une famille ayant des origines qui remontaient à l’antiquité. Nous étions la dernière branche directe de ces personnes, dont l’on parlait dans les livres. De ces empoisonneurs connus, de ces assassins à la bourse pleine.
Nous étions riches, trop riches même, envié, détesté. L’on nous demandait de quoi tuer un ennemi, amant trop envahissant et parfois un homme politique. On nous priait de sauver des vies avec des filtres ou encore d’offrir la vie éternelle. Nous n’étions pas n’importe qui. Nous inspirions la peur et le respect. Nous étions ceux qui terrifiaient l’Angleterre et faisait la jalousie des autres familles de sang-purs. Qui n’avait jamais rêvé de marier un de ses enfants à notre branche si ancestrale ? Qui n’avait jamais rêvé de détenir nos secrets ?
Alors que beaucoup désiraient secrètement notre perte, ayant essayé pour certains d’attenter à la vie de mes parents et de la mienne, ce ne fut qu’une mauvaise étoile qui eut raison des Selwyn. Je l’observais du haut de mes 5 ans, vivre les dernières minutes de sa vie. Il tenta de parler, avalant sa salive plusieurs fois de suite et murmura : « C’est de ma faute. » Je me souviens lui faire un petit sourire, et de nouveau observer le ciel. Il était si bleu. Si beau.
Mon père avait toujours aimé sortir les jours de neige, surtout lorsque le soleil pointait le bout de son nez, verglaçant la campagne avoisinante. Si je baissais le regard, je pouvais voir Poudlard, au loin, ses toits brillants et la fumée qui s’échappait de ses grandes cheminées.
Irais-je un jour moi aussi ? N’aurai-je pas du être allongée aux cotés de mes parents ? Ne devais-je pas m’éteindre, moi aussi, dans la neige fraiche ?
Il soupira une dernière fois, appelant ma mère, Maryssa, mi amor, Maryssa… Ce furent ses derniers mots, laissant sa main lourde devenue inanimée glisser de la mèche de cheveux avec laquelle il jouait, comme pour se rassurer. C’était fini. Il n’y avait plus que moi sur le bord de la route, saignant dans mes vêtements d’hiver. C’était étrangement chaud, mais je n’avais pas mal.
J’avais tué mes parents, Esben et Maryssa Selwyn avaient étés les victimes de leur dernier sortilège, de leur dernière erreur.

La nuit était déjà tombée depuis quelques temps lorsque j’abandonna les corps inertes de mes parents. Je ne saignais plus, du moins, c’était ce que je pensais, portée par ma magie, je pris la route du château de famille. Cela du surement me prendre des heures… Sans que je ne puisse le rejoindre. Contrairement au conte, je n’avais jamais réussi à rejoindre le berceau de ma famille, m’effondrant dans la neige, à bout de force, à bout d’énergie vitale, j’allais finir ma vie ici.  Seule dans le noir, surement recouverte par la neige.
Etait-ce cela, mon destin ? J’allais juste cesser de vivre, ici, entre chez moi et le lieu de la mort de mes parents.


Elle était venue me cherchée, on m’avait isolée dans une partie de Sainte Mangouste depuis plusieurs jours. Je savais que le personnel de l’hôpital parlait de moi, pauvre enfant perdue, trouvée inerte dans la neige par des habitants de Près-Au-Lard qui n’avait su identifier cette petite fille aux long cheveux noir bouclés. Jamais on n’avait vu d’enfant aussi jolie dans le coin. Comment pouvait-il ? Je ne ressemblais plus à la Selwyn que l’on pensait connaître. Le ministère m’avait rapidement prit sous son aile, me faisant passer pour une autre personne afin de répandre la rumeur que j’étais disparue, surement morte dans l’accident de mes parents sans que l’on ne puisse retrouver le corps.
Elle ressemblait beaucoup à ma mère, elle aussi était italienne, elle était grande et mince. Elle avait des yeux verts, brillant de malice et un sourire doux particulièrement joyeux. Elle ressemblait à un ange, ses cheveux étaient plus longs que les miens, bouclés, tout aussi blond, voir presque blanc. Ses mains étaient ornées de bagues, chaque doigts en avait au moins une, d’autres trois. Je me souviendrai toujours de sa voix chaleureuse, de son italien si parfait lorsqu’elle s’installa à mes cotés et commenta le livre que je lisais.
Alessya Bizard était la meilleure amie de ma mère, à ma naissance, il fut convenu qu’elle serait ma marraine. Elle était présente à son mariage, ainsi qu’à mon baptême en Italie, et n’a plus jamais revue ma mère, se contentant d’une correspondance assidue durant toutes ces années. Alessya avait épousé un moldu. Alessya était un sang pur renié du monde mondain auquel elle avait longtemps appartenu et duquel elle avait prit son indépendance à la fin de sa scolarité. Mère n’avait jamais désapprouvé le choix de sa meilleure amie, mais ne désirait pas afficher la mauvaise réputation de son nom d’épousailles à celle-ci. Je ne savais que peu de choses de ma marraine qui allait devenir ma mère d’adoption. Que m’importait tant que je quittais Sainte-Mangouste.

Les Bizard était une famille simple, enfin, d’apparence. Ils vivaient dans le sud de l’Angleterre sur les cotes dans un cottage chic, non loin d’une ville moldu où travaillait l’époux d’Alessya, Christopher. Il était dans la musique et collectionnait les instruments de musiques. Alessya travaillait pour la gazette du sorcier et tenait une rubrique musicale et people en fonction des jours de sorties.
Ils avaient un fils, Stacee, du même âge que moi et une fille, Courtney, ayant un an et demi de moins. A mon arrivée, ils furent tous deux particulièrement heureux de me voir, ils se présentèrent, me montrèrent leurs chambres, leurs jouets favori et leurs instruments de musiques. Si mère m’avait apprit l’art du piano et du dessin, père des poisons et des sortilèges de bases, jamais de ma si courte vie je n’avais vu d’objets aussi magnifiques ! J’étais tombée raide dingue de ce que l’on me désigna comme une guitare. L’instrument était sublime, il avait des courbes si douces et si bien dessinées c’en était à me faire tourner la tête !
J’us dans un premier temps du mal à m’adapter à leur habitudes de vies : Alessya ne me lisait jamais le livre de potion de ma famille que je connaissais par cœur depuis l’âge de 3 ans, en guise de lecture, elle me lisait des livres d’histoires de la magie, des descriptifs et noms de sortilèges.
La journée lorsqu’elle était à la maison, elle nous en apprenait plus sur la magie, ouvrant mon petit monde à des domaines que je ne connaissais pas. C’était étrange pour moi de découvrir d’autres choses que les poisons, il n’y avait donc pas que cela ?
Lorsqu’elle était au travail, c’était son époux Christopher qui restait avec nous. Il nous jouait de la musique et avait apprit quelques bases à ses deux enfants, moi, au piano, Stacee à la guitare et Courtney à la batterie. Rapidement, j’us envie de plus et au fur et à mesures des années, je su maitriser plusieurs instrument de musiques, j’us ma première guitare électrique à l’âge de 7 ans, puis une nouvelle à l’âge de 10ans, soit un an avant mon entrée à Poudlard.
Nous étions devenu un petit groupe de musiques rock à tous les trois. Notre temps était divisé à 60% par la musique, 30% par une éducation magique poussée et les 10 derniers pourcentages à notre amusement et vie de famille.
Si je n’ai guère besoin de parler d’avantage de mon enfance, sachez juste un petit détail : mes nouveaux parents étaient particulièrement ouvert d’esprit. Ils ne nous ont jamais refusé quoi que ce soit durant notre adolescence et au contraire, nous on poussés dans notre créativité : un jour nous serons célèbres.



10ans et demi, un été chaud à courir sur la plage, à faire des BBQ sur le sable chaud avec la famille Bizard dont je faisais partie. On jouait de la guitare sèche au bord du feu le soir, on attendait innocemment notre lettre pour le collège, se demandant quelle maison serait la notre et comment notre vie allait se dérouler. On en rêvait bêtement comme n’importe lequel des jeunes sorciers de notre âge, on avait envie de lire nos livres de cours et d’enfiler les uniformes scolaires que nous n’avions pas encore !
Le soir, nous étions tant excité que toute la fratrie avait le droit à une petite potion pour bien dormir. Une potion dont j’étais incapable de me passer depuis mon arrivée suite à de terribles terreurs nocturnes qui faisaient trembler tout le cottage.

Ce fut un beau matin ensoleillée, qu’arriva le courrier, porté par un grand duc et déposer sur la table de la cuisine. Ni une, ni deux, ce fut la guerre pour attraper sa lettre le premier, Stacee s’était littéralement jeté sur la table, moi sur lui, tentant tant bien que mal d’attraper ma lettre qui était entre ses mains. Il finit par lire la sienne en premier, descendant de la table pour prendre une allure fière et répéter mot pour mot la lettre, bombant le torse fier de son entrée dans l’école de sorcellerie. Je pris la mienne pour la lire à mon tour, gardant la lecture de ma propre lettre pour moi seule. Alessya prit la liste des courses des mains de son fils pour observer celle-ci et annoncer à toute sa petite troupe que l’on irait demain au chemin de traverse à Londres, en utilisant la poudre de cheminette et que nous dormirions sur place jusqu’au jour de la rentrée. Elle allait avoir beaucoup de travail avec la reprise des cours, à la gazette, l’activité était souvent intense en fin d’été. Christopher lui, allait nous laisser partir seul.
L’après-midi fut consacré a faire nos valises, Alessya avait lancé tout un tas de sort sur nos bagages afin que toutes nos affaires puissent entrer dedans. Stacee avait envie d’emporter avec lui toutes ses guitares, mais refusa de les faire entrer dans ses bagages. Il du se rendre à l’évidence qu’il ne pouvait tout apporter avec lui et prit sur son dos un étui puis un second dans une main.
Moi, je pris toute ma garde robe, un certain nombre de livres, toutes mes chaussures et mon maquillage, ainsi qu’un stock de potion du sommeil. Ma vie avait été calme depuis mon arrivée, j’étais devenue une copie quasi exacte d’Alessya, blonde, grande ayant des attraits féminin qui pointaient le bout de son nez. J’avais déjà beaucoup de charisme et un certain charme. En plus de mes bagages, j’emportai deux guitares, mon acoustique ainsi que ma guitare électrique. J’us du mal à faire entrer une enceinte dans ma malle, mais avec l’aide de ma sœur, la chose fut possible. Un autre sort lancé par notre mère et nos valises furent toute légères, prêt à partir pour le chemin de traverse. Un baiser d’au revoir à Christopher et notre soeur, et nous étions dans tous collés les uns aux autres, prêt à partir pour le chemin de traverse.


Look at me baby I'm a star!

Durant mes 4 premières années à Poudlard, je fus une élève exemplaire : j’étais toujours à l’heure aux cours, je passais mes weekends à jouer de la musique et chanter avec mes frères et sœurs sans grandes idées en tête. Ma vie connue un véritable tournant durant l’été entre les 4éme et 5eme année alors que mon corps connaissait son printemps hormonal.
Le changement fut drastique : j’étais passée d’enfant à adolescente toute option en l’espace de deux mois. A mon retour à Poudlard je commençais à attirer l’œil des jeunes garçons tant et si bien que je commençais à jouer de mes charmes. L’idée de former un groupe de musique ne nous était pas encore venue, il fallut attendre la fin de la 5éme année pour que nous montions officiellement le groupe. Nous comptions devenir le premier groupe de rock sorcier au monde !
Ainsi, l’été de notre 5éme année, un vinyl fut enregistré et distribué aux radios sorcières. Au mois d’Aout, notre premier tube était numéro 1 des topcharts UK. Le groupe resta top 1 durant 25 semaines jusqu’à ce que nous sortions un nouvel album, puis un autre, et encore un autre.
En 6éme année, j’avais une vie de débauchée : je buvais et fumais, entretenant une image de rockeuse parfois inaccessible. On commençait autant à m’aduler qu’à me détester. J’aimais le tournant que prenait ma célébrité !


________________________________________________
Love is like a bomb, baby, c'mon get it on!



Dernière édition par Aliera A. Bizard le Dim 25 Fév - 0:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin Messages : 100
Date d'inscription : 19/10/2013
Localisation du personnage : Omniscien


MessageSujet: Re: Aliera Ainsel Bizard ~ I'm a rock'n roll star   Ven 2 Mar - 21:32





Le choixpeau a pris sa décision
Il est temps de te répartir à SERPENTARD!


Ton travail et ta détermination ont porté leurs fruits et te voilà désormais un sorcier de PM ; pour cela, nous te remercions et te félicitons, bienvenue dans la famille !
Tu peux dès à présent poster dans l'intégralité du forum, y compris le flood et les jeux..
_________________________________________


Pour bien continuer ton aventure parmi nous, il te faudra créer un carnet de relation ( ICI ) et pourquoi pas un répertoire de RP ( ICI ). Surtout n'oublie pas d'aller réserver ton avatar ( ICI ). Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter un membre du staff, ils sont là pour ça !
Enfin, n'hésite pas à venir flooder ( ICI ), jouer ( ICI ) et à t'amuser parmi nous!
__________________________________




________________________________________________

Compte admin
Envie de devenir préfet? De jouer au Quidditch? D'une intrigue? Ou juste d'une chocogrenouille? Contacte moi!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aliera Ainsel Bizard ~ I'm a rock'n roll star   

Revenir en haut Aller en bas
 

Aliera Ainsel Bizard ~ I'm a rock'n roll star

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
•• NEVER ENDING •• V.1 :: Les premiers Pas :: Présentations :: Présentations validées-